Une clairière de Moniac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une clairière de Moniac

Message par Kelora le Mer 11 Jan - 13:29

Le soleil était haut dans le ciel, Moniac accablait la forêt de sa chaleur. Cependant, les animaux curieux observaient cet étrange spectacle au milieu d’une clairière. Trois individus étaient présents ainsi que trois animaux. Deux Auflaque d’I Barra se tenaient couchés, le poil humide d’être allés se rafraîchir dans une petite rivière et un dragonnet vert. Malgré la différence de race, les trois animaux faisaient presque la même taille, mais eux, à l’instar des autres animaux observaient le spectacle.
Une grande blonde, à l’abri du soleil sous le feuillage des arbres se tenait assise sur un grand tambour, face à un plus petit avec des bracelets composés de petits cymbales. Elle jouait une musique entraînante, rythmé par les basses.

Et au milieu de cette petite clairière, sous la chaleur cuisante, deux personnes se faisaient face. Elles étaient toutes les deux habillées de vêtements légers de lin. Elles se tenaient l’une en face de l’autre, la première à la peau blanche était petite, d’un mètre cinquante-cinq avec une natte rousse.  La seconde avait la peau grise, des petites oreilles pointues et faisait un mètre soixante-dix.
Elles se tenaient en garde, et lorsqu’Irina, la blonde, se mit à jouer se mirent en mouvement. Leur combat, à l’instar d’une danse consistait à ne pas se toucher. Elles faisaient des rondes jambes, des roues, des pirouettes. Leur combat, qui n’en était pas une, était étonnement dansant, les coups rythmés par la musique.

Ninelle, la petite et la plus âgée,  faisait des roues balançant les jambes vers son adversaire alors que Missandei esquivait  en faisant des appuis tendus renversés, appelés aussi poiriers qui se terminaient par des ponts.
Peu à peu, le rythme des instruments s’accéléra, entraînant le rythme de leur combat. Si bien que les ronds de jambes, les roues, les saltos costaux commencèrent à devenir flous. Les animaux les fixaient, se demandant ce qu’elles faisaient. A présent, le rythme était si endiablé qu’on ne voyait que des taches blanches et rousses bouger. Il y eu un kya qui se fit entendre, un rire.
Missandei se retrouva les bras en croix au sol, la joue marquée de rouge et Ninelle se retrouvait en position, jambe gauche reculée, avant-bras droit devant son visage.
La louve se leva et alla copieusement lécher le visage de la jeune fille pour la réveiller.

- Quand est-ce que tu comprendras qu’à chaque fois tu fais ton kya tu fais ce coup et que je le sais, Sand ?
- Huuuuu, je meuuurs. Assassinée sauvagement.

Ninelle éclata de rire.

- J’espère que quand Shireen arrivera elle fera mieux.

Les deux jeunes femmes étaient trempées par la sueur de ce combat de vingt minutes, mais souriaient, heureuses.



Cette scène marqua Irina, si bien, qu’elle réussit enfin à composer une musique qui respirait la joie de vivre. La première. Le souvenir présent dans son esprit, son violoncelle à la main.

Kelora
Admin

Messages : 45
Date d'inscription : 11/05/2015

Voir le profil de l'utilisateur http://so-rp.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum