[1-3] Le premier jour de la Moisson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[1-3] Le premier jour de la Moisson

Message par Le Charade le Jeu 6 Oct - 16:46

La journée avait été longue et synonyme de labeur pour cette famille de paysans, mais c’est leur quotidien : Le père et ses deux garçons travaillent aux champs pendant que la mère et sa fille préparent le repas pour le retour des hommes de la maison et entretiennent celle-ci, les petits travaux du quotidien ; la couture, le ménage, l’entretient des vêtements.

Ils vivent tous dans la tranquillité d’une petite maison faite de bois et de pierres, située dans un village aux abords d’Ibrin, protégés de la cité elfe noire par l’appartenance à l’Ordre.

Lors du maigre repas chacun récita sa prière à l’intention de Donblas, le Dieu des artisans, et Danava, la Déesse de la Nature.

Durant tout ce temps des yeux les observent, un regard transperçant capable de voir les âmes de chaque individu, et son visage s’étire d’un sourire. Une famille inconsciente du danger, contemplée par une meute de prédateurs discrets comme une armée d’ombres et dangereux comme des loups affamés.

Les enfants ont terminés depuis bien longtemps leur repas mais la coutume est d’attendre que le père, en bout de table termine son assiette avant de pouvoir sortir de table, les deux garçons trépignent, ce soir ils veulent emmener leur plus jeune sœur de nuit, dans le champ, pour l’effrayer avec l’épouvantail.

Il ne faut jamais laisser les enfants sortir seuls la nuit, dans l’obscurité peut se cacher des monstres plus effrayants et plus réels que ceux de vos songes.


Le chef de famille termine son repas, le plus âgé des deux frères interpelle alors son père pour lui demander si ils peuvent aller jouer un moment dans les champs ? Le père tout d’abord réticent fini par accepter, après les supplications des deux enfants qui promettent de ne pas rester longtemps et surtout de ne pas s’éloigner.

Les deux garçons entrainent alors leur plus jeune sœur inquiète à l’extérieur. Les trois têtes blondes dont les cheveux sont un don de leur mère se lèvent alors et sortent tout trois de la maisonnette.

Sous le regard du monstre, tapis dans l’ombre, les crocs aiguisés brillants à la lueur des lunes.


« - Allez viens Claire, tu ne le regretteras pas !

- Dites-moi où vous m’emmenez comme ça !

- C’est une surprise, fait-nous un peu confiance. »

Les trois enfants sont alors frappés de stupeur quand ils constatent au milieu du champ un être sombre se mouvoir dans leur direction d’un pas léger, presque aérien.

La jeune fille se blottit contre son plus jeune frère, qui ne semble pas plus rassuré qu’elle, les deux enfants tremblent alors comme des feuilles.

Loin de se laisser démonter le plus grand se dresse face à l’individu beaucoup plus grand que lui avant qu’il n’ait eu le temps d’arriver à sa hauteur et l’apostrophe : « - Qu’est-ce que vous faites ici ? C’est le champ de mon père, vous devez partir. » La voix est assurée, l’ainé a fait de son mieux pour avoir l’air courageux face à son mystérieux interlocuteur, mais il tremble à son tour comme une branche secouée par le vent.

L’individu s’arrête face à eux et c’est alors qu’à la lueur des lunes les enfants aperçoivent une faux dans la main de la créature, dont le visage est un masque d’obscurité.

Tétanisés leurs jambes ne les portent plus, le plus jeune garçon se met alors à pleurer alors que l’aîné et sa sœur hurlent à gorges déployées pour faire venir leurs parents.

Un vent glacial traverse alors le champ tandis que le père enfilant son manteau à la hâte arrive sur les lieux suivis de sa compagne, il se place alors entre les enfants et l’étrange fossoyeur.

« - Qui êtes-vous et qu’est-ce que vous nous voulez ? »

Les créatures de cauchemars épient la famille et ils se rapprochent imperceptiblement, sans le moindre bruit, comme une armée d’ombres.

« - Vous allez me répondre ?! »

L’homme se retourne alors en entendant les pleurs de ses enfants, sans quitter du regard le portrait craché de Vanilius, il pose alors son regard sur le visage de sa femme, tétanisée à son tour, les yeux embués et constate qu’une lame parfaitement aiguisée dans lequel il aperçoit nettement son reflet est glissé sous le cou de sa femme.

Tout autour de lui, une dizaine d’individus encapuchonnés, tous de noir vêtus, les encerclent prêts à accomplir un sombre rituel.

Il tourne alors son regard horrifié vers celui qui semble être le meneur de l’opération et d’une voix hésitante l’implore alors : « - Laissez-nous, je vous en prie… Nous vous donnerons tout ce que vous voudrez. Je vous en supplie, laissez-nous partir… »

Après un long silence, le fossoyeur lui répond enfin : « - Savez-vous quel jour nous sommes ?
- Nous… Nous sommes le … le Nava... Nava 6 Yuyio, mais... Quel rapport... ?

- Nous sommes le premier jour de la Moisson. »

Une lanterne illumine alors le visage du faucheur, et un hurlement désespéré brise la tranquillité de la nuit.

_________________
avatar
Le Charade

Messages : 201
Date d'inscription : 12/05/2015
Age : 21

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum