[2-1] L'enfance brisée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[2-1] L'enfance brisée

Message par Le Charade le Mer 5 Oct - 15:13

~ 1248 ~

Quoi ? Qu’est-ce  que tu dis ? Tu veux savoir d’où je viens et comment j’ai fait pour en arriver là, hein ? T’es bien la première personne que ça intéresse, alors je vais tout te raconter. Mais prépare toi, c’est un peu long ! Et surtout garde ça pour toi, ou je t’arrache ce qui te reste de dents.

Je suis né dans une famille aimante à Harroka, mon géniteur et ma mère tenait une taverne, qui avait grand succès pour son lait délicieux et son espace détente réservé aux fumeurs de Saronys. Mon vieux tenait lieu de barman, et ma mère de serveuse.

A l’époque mon géniteur était déjà un grand buveur, et pas de lait, vois-tu. Mais il était doux et attentionné, à l’époque.

Ma mère tomba soudain mal, au fur et à mesure des jours passant elle se sentait de plus en plus fatiguée … Mon « père » fit venir un soigneur des environs qui lui confirma ce que tous les deux attendaient depuis si longtemps, des enfants !

Quel ne fut pas leur joie quand ils apprirent que ce vieux rêve allait enfin se réaliser, ils avaient tout pour réussir : une affaire qui marche, un couple solide et bientôt des petits !

Mais il y a toujours un … « Mais ». Tu le sais bien, hein ? Sinon tu ne serais pas là, accroché à un vieux tronc. Toi aussi tu devais avoir une famille et une vie heureuse avant moi ? Pas vrai ?

Non, non, non. Je m’en fous de savoir comment tu étais bien avec ton gosse et ta grosse truie de femelle dans ta baraque en ruines, laisse-moi continuer, c’est mon histoire, pas la tienne.


Mon Grand Buveur de paternel était seul à servir au bar, et sans sa précieuse compagne il se laissa influencer par ses amis, « Allez ! Viens donc boire un verre de plus ! Reste un peu plus longtemps. »

Si bien qu’il rentrait de plus en plus tard, et de plus en plus alcoolisé. Certes leur taverne tournait à plein régime ! Mais ma mère n’apprécia guère son attitude longtemps, et menaça de le quitter.

De longues disputes s’en suivirent, non, on ne me l’a jamais raconté, je crois que… Que je l’ai toujours su, en réalité.
Au fil des mois, il devint un peu plus attentif aux besoins de sa femelle, mais il ne négligea jamais l’alcool, à force d’engrainer de l’or, il fit remplit notre cave de bouteilles, pour pouvoir surveiller sa femme chez eux

Le soigneur vint le jour de l’accouchement, et que pouvait-il faire à ce moment-là ? Annoncer à mes parents que sur quatre petits, un seul avait survécus ?
Oui tu as compris, ce n’est pas ton jour de chance, car c’était moi, celui-là.

J’ai passé un début d’enfance plutôt heureuse, mes parents faisaient tout pour moi, ils n’avaient eu qu’un seul enfant sur les quatre, alors ils allaient l’aimer comme quatre.

A l’époque j’étais marron, comme lui. J’avais hérité de son pelage immonde, mais j’avais ses yeux verts, à elle.

Quoi ? Qu’est-ce que tu dis ? JE NE SUIS PAS ORANGE ! JE SUIS JAUNE ! Tu vas voir, si je suis jaune ! Hahahaha. Tu rigoles moins maintenant, hein ?!
Bon maintenant, je reprends, et ne m’interrompt plus.


Elle avait un magnifique pelage blanc comme la neige, c’est la première chose que j’ai découvert en arrivant ici, la neige. Des yeux verts semblables aux feuilles des arbres en Vina. Et surtout, pour perfectionner le tableau, une voix douce comme des gratouilles entre les oreilles, et un talent au piano que lui aurait envié Brastos lui-même !

Quoi ? Du blasphème ? De l’exagération ?...  Mmhmphf mais ferme la ! Arrête de m’interrompre je te dis ! Tiens, prend ça !

Bien, bon. Reprenons.


Elle m’a appris à jouer du piano, et je suis vite devenu très doué.

Mon enfance a basculé le jour où ma mère est tombée malade, le vieux il est revenu à la maison, et il a commencé à déprimer, le guérisseur est venu et nous a annoncé qu’elle allait mourir, que c’était incurable. Là, j’ai beaucoup pleuré, je dois bien l’avouer. Alors je l’ai soutenu, j’ai joué du piano pour oublier ma peine, j’ai fait tout ce que j’ai pu. Lui il a bu, il s’est renfermé sur lui-même, ouais en bref il a rien foutu.

Elle est morte, nous étions tous les deux à son chevet, on l’a enterré quelques jours plus tard, sans cérémonies, sans rien.
Mon géniteur, ça l’a changé pour toujours, il a commencé à devenir violent, à la taverne, puis chez nous. Je ne pouvais plus sortir, alors je jouais du piano, pour m’occuper, et quand il rentrait j’allais me cacher, car complètement bourré il s’en prenait à moi, il me frappait, fort.
Tout le temps, tous les jours. Tous les putains de jours pendant 4 ans, sans que personne ne s’inquiète ! Ne se demande ?! Tu comprends ça ? Je ne suis pas sorti pendant des années et personne n’a jamais rien fait !

Mais reprenons. J’ai cherché à m’enfuir, il m’a enfermé à la cave, avec les bouteilles, et ça a repris comme ça jusqu’à la quatrième année, le quatrième anniversaire de la mort de ma mère. Pourquoi il était comme ça ? Il me tenait pour responsable de sa mort, simplement, alors que c’est lui, qui n’avait pas été là. Lui et lui seul ! Je crois que c’est pour cela, que je le déteste le plus. Car c’est lui, qui l’a tué. C’est un monstre.

Moi ? Non moi je suis une victime de tout ça. Quoi, toi ? Pourquoi je te torture ? Oh ça, c’est juste parce que j’aime bien.

Il m’a frappé, tabassé, blessé, dans cette cave tous les jours. Bien entendu il me gardait en vie, mais aujourd’hui j’ignore encore pourquoi.

Chaque anniversaire de la mort de ma mère il me frappait un peu plus que les autres jours, mais ce jour-là j’avais décidé de ne plus me laisser faire, je voulais lui faire payer. Alors j’ai pris une bouteille à la cave, c’était une très bonne bouteille, je crois. Et quand il est arrivé a porté je lui ai éclaté au visage !
J’ai profité de sa surprise, j’ai couru, mais il m’a agrippé la cheville et je suis tombé, il était là.. Le visage mouillé par l’alcool, les yeux rougis, l’air furieux. J’ai paniqué et je lui aie enfoncé le tesson de la bouteille dans l’œil.

Il m’a lâché, j'aurais pu m'enfuir, disparaitre, le laisser là et ne jamais revenir... Mais en voyant sa douleur, SA souffrance, j’ai eu un déclic.
Je savais. Alors je me suis levé au-dessus de lui, et je l’ai frappé ! Je l’ai frappé encore ! Avec le morceau de bouteille, je l’ai planté dans sa chaire, et je l’ai fait souffrir, je l’ai fait hurler !
Il a souffert pour moi, il a souffert pour ma mère, il a souffert pour toutes les souffrances qu’il nous a fait endurer !

Ensuite, quand j’en ai fini… J’ai compris, j’ai compris que j’avais tué mon père, mais je n’étais pas triste, non. J’étais soulagé. Je devais le faire disparaitre, maintenant. Je me suis emparé d’une torche à l’étage et j’ai mis le feu, je ne savais pas si il vivait encore, mais je m’en fichais, il allait périr dans les flammes.

Je me suis posté quelques mètres plus loin et j’ai attendu, et dans la nuit j’ai observé. J’ai vu les flammes dévorer toute cette souffrance, tous ces souvenirs douloureux, mais aussi ces bons moments. J’ai vu les flammes lécher les murs de la maison et la consumer, et j’ai entendu les hurlements de terreur et de douleur abominable qu’avait dû sentir mon père, je dois l’avouer j’ai savouré le spectacle et voir la puissance destructrice du feu m’a fasciné. Mais peu importe les sacrifices j’étais sûr d’en avoir fini avec lui.

Ensuite je me suis vengé, j’ai torturé et tué quelques habitants du hameau, car c’était leur faute ! Ils savaient et ils n’avaient rien dit !
J’ai décidé de quitter l’île. J’avais cessé d’exister ici, depuis bien longtemps.

Je pensais en être débarrassé, mais il m’a suivi, dans mes rêves, dans mes songes alors je l’ai tué, et encore tué, et torturé ! J’ai tué tous ces gens à cause de lui. Et un jour, enfin, il a disparu, il a réellement disparu. Et ce jour-là, j’ai su que j’étais libre.

Libéré de lui, mais pas de sa malédiction, je ferais souffrir mon prochain. Pourquoi ? Parce que ça m’amuse bien entendu.
avatar
Le Charade

Messages : 201
Date d'inscription : 12/05/2015
Age : 21

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum